Aujourd’hui, 20 mars 2020, c’est le printemps. “Qui ne sème pas au printemps ne récolte rien en automne”, disent les Danois. Alors Rezo des Fondus a décidé de semer des mots, des pensées, des idées, pour vivre au mieux cette période inattendue. Et de récolter les pensées de la communauté des Fondus pour les diffuser et permettre à chacune et chacun de s’en inspirer. Voici le 1er article réflexif sur cette période pas comme les autres (#penseepositive). Bonne lecture et vive le printemps les Fondus !


Confronté à un chaos, à une situation inconnue, l’humain est psychologiquement affecté. En résulte un mental en berne, une énergie ralentie et des difficultés à envisager « demain ». Pour lutter contre un virus, notre système immunitaire doit paradoxalement être résistant, et celui-ci est lié à notre état d’esprit, à nos pensées, à notre énergie.

Lorsque ce que cette crise sanitaire sera derrière nous, peut-être prendrons-nous conscience que ce qui nous a le plus manqué, n’est pas ce que nous pensions. Que c’était avant tout la liberté de mouvement, d’aller et venir comme bon nous semble. Et puis le lien social. Famille, amis, collègues, toutes les relations qui rythment notre quotidien habituellement.

Isolés, revenus à la maison, loin de la société de consommation, des magasins, du e-commerce, des voyages, les femmes, les hommes et les enfants sont invités à redécouvrir l’essentiel. La chance d’avoir un chez soi, la beauté de son village, la vie de son quartier. Le bonheur d’avoir du temps libre pour cuisiner, lire, vivre à son rythme. La redécouverte des ses enfants, au travers de cette promiscuité forcée. De leurs matières scolaires préférées, de leur caractère, de leur incroyable capacité à s’adapter.

Pour certains qui avaient fait trois fois le tour de la planète mais jamais le tour de leur pâté de maison, après le choc et l’ennui, c’est une redécouverte. Impossible malgré l’envie et le mental qui le souhaiteraient, de garder les habitudes d’avant. L’être humain qui a besoin de son cadre, doit tout à coup se déprogrammer. Lâcher, accueillir du neuf. Et être résilient, en tentant de trouver du bon dans ce qui lui apparaissait au départ comme le pire scénario.

Une chose est certaine, un système immunitaire fonctionnel a besoin d’être nourri de pensées positives. Ces pensées contaminent ensuite positivement notre environnement. En pensant positivement, en trouvant d’autres sources de plaisir, d’épanouissement, en faisant “contre mauvaise fortune bon cœur”, comme disaient nos anciens, on protège et améliore la vie de nos proches et de tout notre environnement. Et on se maintient en bonne santé.

Nos anciens, auxquels nous ressemblons tout à coup. Comme un retour au bon sens, un retour à prendre le temps de faire les choses, de ralentir, de s’entraider. De se dire qu’un potager serait bien utile en ces temps difficiles. Que les œufs du fermier voisin sont une bénédiction que l’on ignorait. Et que la créativité fleurit à tous niveaux lorsque l’on sort de sa zone de confort.

Une fois cette crise terminée, la vie recommencera. C’est certain. Mais peut-être différemment. Et vous. Que vous apprend/vous apporte cette période inattendue ? En quoi pensez-vous qu’elle impactera votre vie ? Votre métier ? Votre avenir ?

Votre commentaire au bas de cet article est le bienvenu et sera partagé avec la communauté pour s’inspirer.

Votre dévoué Rezo des Fondus,
Laboratoire de contamination positive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Rezo des Fondus

Rezo des Fondus