Benjamin Dubail crée MILF et Manufacture Alpine, et n’a pas froid aux yeux !

C’est l’histoire d’un trésor. Un trésor bien caché dans un grenier, qui aurait pu y rester encore longtemps. Si Benjamin Dubail, alors Skiman chez Ski 3000, et ses collègues n’avaient pas mis la main sur des cartons conservant des reliques de montures solaires des années 80. Cette découverte va dessiner la suite de son parcours professionnel et entrepreneurial. En 2009, Benjamin alors âgé de 27 ans, décide de commercialiser ces montures sous le nom de MILF Made In La France. Dix ans plus tard, il lance une seconde marque également fabriquée en France : Manufacture Alpine. Rencontre avec un entrepreneur preneur de risque, attaché au made in France et définitivement multi-talents !

Les bureaux de Benjamin Dubail sont un peu comme la caverne d’Ali Baba.
Partout, des souvenirs, des collaborations, et 10 ans de création de montures en tous genres. D’un côté, des lunettes flashy et extravagantes. De l’autre des lunettes raffinées dorées à l’or 24 carat. Comme si l’entrepreneur avait aujourd’hui deux casquettes, deux identités, deux marques opposées implantées sur le marché. Une sorte de bipolarité entrepreneuriale qu’il assume pleinement et qui fait son unicité.

Cela fait 12 ans qu’il distribue MILF dans le monde entier.
Pour se souvenir du chemin parcouru, rien de mieux que de regarder les chutes de plastique qu’il a lui-même détachées de chacune des 45’000 paires qu’il a vendues jusqu’alors ! Car Benjamin le rappelle fort bien : être entrepreneur, c’est être au four et au moulin. Commercial et graphiste, designer le matin et pompier le soir lorsqu’il faut éteindre le feu ! Le parcours a été semé d’embûches, il n’hésite pas à le dire. La récompense est de compter le Japon, le Chili, l’Indonésie parmi ses distributeurs internationaux.

L’image édulcorée de l’entreprenariat, très peu pour lui.
Il raconte les hauts et les bas, les nuits blanches, les difficultés financières et les déceptions de certaines collaborations. Sans parler de la difficulté à fabriquer en France. Les épreuves l’ont forgé, ont renforcé son envie et sa ténacité, et ont fait naître de nouvelles envies comme celle de lancer une seconde marque. Il a la chance d’avoir un entourage qui le soutient à tous niveaux : « J’ai une compagne patiente et tolérante qui accepte les cartons qui traînent partout dans la maison et le fait de manger et dormir MILF ! »

C’est en 2017 que germe l’idée de lancer une nouvelle marque sur un positionnement haut de gamme, incarnant la beauté des paysages alpins.
Manufacture Alpine est née. Une gamme élégante et raffinée qui symbolise à merveille la magie de notre territoire. Aujourd’hui commercialisée dans les hôtels de luxe, quelques opticiens créateurs et en ligne sur le site Internet. Des séries limitées uniquement, des matériaux nobles et une offre qui grandit au fur et à mesure comme par exemple une gamme en acétate, les « Bossons ».

Les tarifs oscillent entre 250 € et 450 €, le juste prix pour un produit fait à la main, avec des matériaux nobles et made in France ! Manufacture Alpine c’est avant tout une histoire humaine, 762 minutes de fabrication, et la préservation du savoir-faire des meilleurs artisans lunetiers locaux. Ces lunettes sont des petits bijoux, où chaque détail est pensé : une sorte d’orfèvrerie optique !

Au fur et à mesure des années, les deux marques ont conquis le public et ont fédéré une communauté impliquée, ayant un vrai sentiment d’appartenance, à ce qu’elles représentent et au savoir-faire made in France.

« Voir un jour ses lunettes portées par les stars qu’on idolâtrait lorsqu’on était gamin (Snoop Dogg, Methodman, Redman, Shaggy) ça met un coup de fouet, et ça reconnecte à son âme d’enfant. On comprend pourquoi on se lève le matin ! C’est une énorme fierté qu’ils aient un jour eu mes lunettes sur le nez !  »

Lorsqu’on lui demande le bilan de ces 12 années :
« Ce que j’aime dans cette aventure c’est les voyages, les rencontres, le fait d’envoyer des produits dans le monde entier. J’ai aujourd’hui de belles perspectives aux USA, au Japon, en Arabie Saoudite notamment ».

A ceux qui souhaitent entreprendre, il dirait :

« GO ! La vie est courte, on perd parfois des proches qui nous le rappellent. Il n’y a rien de pire que de se la gâcher, de souffrir au travail. On ne peut jamais tout anticiper même avec le plus beau des business plan, il faut se lancer ».

Et l’avenir ? Quelles sont les besoins de Benjamin pour aller plus loin ?

  • Développer la distribution à l’étranger
  • Nouer de nouveaux partenariats
  • Structurer l’organisation interne voire embaucher pour déléguer les tâches de qualité / logistique / transport / SAV / admin
  • Identifier un graphiste / community manager pour l’accompagner dans la création de visuels et de support de communication
  • Identifier un ébéniste et/ou un soudeur pour créer une vitrine pour Manufacture Alpine

Ce qu’il pense du Rezo des Fondus

« Lorsqu’on est entrepreneur et qu’on fonctionne la plupart du temps seul, on se sent très isolé ! On est nombreux à faire de belles choses chacun dans notre coin, et comme on a la tête dans le guidon, on n’a pas le temps de prendre de la hauteur pour aller découvrir ce que font les autres et pour envisager de potentielles synergies ou collaborations. Pour moi le Rezo des Fondus permet cela ! Il nous permet aussi de nous faire connaître, d’être mis en lumière lors des événements et dans les médias. Et de rencontrer d’autres entrepreneurs confrontés aux mêmes défis. Je crois à fond au made in France et à ce type de réseau qui met en valeur les savoir-faire locaux ! »

Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Rezo des Fondus