Je suis Marine Hubert, 30 ans tout pile, annécienne d’adoption, écolo dans ma vie perso et pro, dynamique et multi-passionnée. J’ai fondé l’Atelier Colibri, une agence d’architecture intérieure écoresponsable. J’accompagne des projets de rénovation de locaux professionnels (cafés, restaurants, boutiques, hôtels, cabinets médicaux, espace de travail …) et de résidences particulières, de la conception au suivi de chantier, tout en limitant l’impact de ces projets sur l’environnement.

Cela est possible par l’utilisation de matériaux naturels, sains, locaux, renouvelables, mais également grâce au réemploi de matériaux de construction, et l’utilisation de mobilier chiné et de décoration seconde main ou artisanale.

Et cela sans déprécier la qualité architecturale et les finitions, car je suis très sensible à l’esthétique des projets, aux volumes harmonieux, et aux détails bien réalisés. J’ai choisi le nom Atelier Colibri Architecture, en référence à la fable de Pierre Rabhi, ainsi qu’aux engagements écologiques que j’ai intégré dans ma pratique architecturale. Je fais ma part de Colibri, à mon échelle.

Depuis combien de temps existe-t-il ?

J’ai officiellement les statuts de ma société et obtenu mon assurance décennale en mai 2021.
Mais cela fait plus d’un an que je mûris ce projet, après de nombreuses années de salariat dans des agences d’architecture « classiques ».

Quelles ont été les challenges depuis sa création jusqu’à aujourd’hui ?

Le grand saut a été de quitter l’agence d’architecture dans laquelle j’étais en CDI, mais qui n’était pas vraiment alignée avec mes valeurs écologiques pour me lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Il a fallut ensuite que je me constitue une équipe d’artisans et de partenaires de confiance. Trouver des alternatives écologiques en terme de matériaux sains, et des acteurs locaux du réemploi. De découvrir le monde de l’entrepreneuriat, qui est un métier à part entière, auquel je n’étais pas du tout préparée !

Quels sont aujourd’hui vos besoins pour aller plus loin ?

Aujourd’hui, j’ai besoin de visibilité, car mon entreprise est toute jeune, et endossant toutes les casquettes (les projets, mais également la communication, la comptabilité, la prospection…) j’ai encore un grand axe d’amélioration pour faire connaitre l’Atelier Colibri .

Comment avez-vous connu le Rezo des Fondus ?

J’ai connu le Rezo des Fondus par mes partenaires de projets ! Caroline Quesne, ma partenaire maitre d’œuvre, et les Dahuts qui interviennent sur un de mes chantiers, qui sont des fidèles du Rezo et des anciens candidats au dispositif des Fondus ont du Talent !

En quoi ce réseau et ce dispositif “les Fondus ont du Talent” peuvent-ils être utiles pour le développement de votre projet ?

Pour rencontrer mes futurs partenaires de chantier, artisans ou acteurs du réemploi, ainsi que de futurs clients souhaitant être accompagnés pour donner de l’engagement à leur projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest