#3 Mettre du bio dans son cerveau

Article proposé par Claire Gadroit, Entrepreneure & Fondatrice du Rezo des Fondus. Animatrice d’un séminaire en soft skills inédit à destination des professionnels et entrepreneurs, prochainement lancé en Haute-Savoie : « Être entrepreneur de sa vie ».


Lorsque l’on est contrarié, il arrive qu’on aille en parler à d’autres afin de dissiper le stress. Au moment où nous nous plaignons, la personne qui écoute sentira également un sentiment désagréable. Cela n’est en fait pas une sensation superficielle mais un changement sensible dans les cellules nerveuses du cerveau, menant facilement à des pensées négatives.

Des pensées négatives apparaissant répétitivement dans le cerveau peuvent finalement entraîner un phénomène devenant une habitude. Il est ainsi possible que quelqu’un ne sortant pas de ce cercle vicieux puisse souffrir de dépression ou de différentes maladies chroniques.

Lorsque le cerveau pense, l’information envoie des messagers chimiques des synapses d’un neurone (la synapse est un joint à la base des cellules nerveuses) à la synapse d’un autre neurone, et crée un lien entre ces deux synapses.

À chaque fois qu’un signal électrique est transmis à l’information reliée à cette pensée, les synapses se corrèlent un peu plus, et le chemin par lequel le signal est transmis devient lui aussi plus court. La synapse communique l’information plus vite, et le réseau de communication des neurones du cerveau est ajusté afin de faciliter l’apparition d’une même pensée.

Comment une pensée négative affecte-t-elle l’esprit et le corps ?

En se basant sur les mécanismes énoncés plus haut, des pensées négatives se forment graduellement lorsque nous nous sentons déprimés, voyons les choses d’une façon négative ou avons des pensées négatives – même notre personnalité s’en trouve changée. Une sécrétion excessive de cortisol (l’hormone du stress) peut mener à la dépression, à des troubles endocriniens, à une fonction immunitaire perturbée, au diabète, à l’hypertension, et même à des maladies comme le cancer.

La pensée négative devrait être évitée

Comme le montre la science, si une pensée apparaît dans le cerveau et que celui-ci la juge comme bénéfique, cela permettra la formation d’un mode de pensée à venir. Une pensée négative crée un circuit nocif, tandis qu’une pensée positive provoque un circuit bénéfique. Si nous gardons toujours notre pensée positive, nous serons en forme aussi bien physiquement que mentalement et garderons une personnalité positive et optimiste.

Pour avoir une pensée positive, il est utile de lire des citations philosophiques, des livres pour augmenter notre motivation, écouter des conférences d’experts, et ainsi de suite.

Il faut également essayer de ne pas trop se surcharger dans la vie quotidienne afin de pouvoir se sentir à l’aise. Un autre point est de bien choisir ses amis. Si vous êtes avec quelqu’un de passif et de pessimiste, vous deviendrez bientôt une telle personne.

Il est prouvé que si vous êtes entouré par des gens agréables et avec des pensées positives, vous serez en meilleure forme et plus joyeux dans la vie de tous les jours.

Notre corps est fait d’un corps physique, mais également d’énergie et d’information.

Grâce à la physique quantique, on sait aujourd’hui, que chaque pensée, sentiment et émotion crée une molécule dans notre organisme, appelée neuropeptide. Ces neuropeptides vont rencontrer vos neurones et ainsi votre cerveau va pouvoir prendre l’information et la convertir en produits chimiques, permettant à votre corps entier de connaître les problèmes ou la joie qui vous entoure.

Votre corps est une représentation physique, en relief, de ce que vous êtes en train de penser, finalement. Imaginez toute l’importance de cette découverte ! Cela veut dire que ce que nous pensons peut influencer chimiquement notre corps.

Mais saviez-vous que vous avez environ 60 000 pensées chaque jour ? 

Et ce qui est encore plus surprenant c’est que 90% de ces pensées sont répétitives. Ce qui veut dire que 9 sur 10 de vos pensées sont celles que vous avez sans cesse. Et pour beaucoup, ces pensées ne sont pas seulement répétitives, mais également négatives. Donc vous envoyez, peut-être, 90% d’informations négatives à votre corps tout entier, tous les jours, générant un stress négatif permanent. 

Vous avez le pouvoir

Davis Suzuki a écrit, dans The Sacred Life : « Les molécules condensées de notre expiration, de nos expressions verbales de rage, de haine et de jalousie, contiennent des toxines. En les accumulant pendant une heure, ces toxines suffisent pour tuer 80 cochons d’Inde ! » Imaginez donc le tort que vous faites à votre corps lorsque vous restez prostrés dans des émotions négatives ou que vous n’élaborez pas des expériences émotionnelles et qu’elles restent emmagasinées dans votre corps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Rezo des Fondus